Une petite moue boudeuse, de longs cils, une bouche en coeur et des cheveux châtains dorés... Elle a 2 ans et demi et un caractère bien trempé. Elle crie beaucoup, ce qui lui a valu le surnom de Olizilla, Ptitrodactyle ou Zalando, c'est selon...Elle s'appelle Olivia, et nous avons choisi à deux ce prénom qui lui va comme un gant. C'est une vraie fille, une fille à bijoux, elle aime le rose, les princesses et elle s'amuse même à chausser les hauts-talons de sa maman, peut-être même plus souvent que sa maman elle-même. Et elle tourne, et tourne, et tourne encore en attendant qu'on lui lance un "hoooo! comme tu es belle!". Là, elle repart d'où elle est venue avec un petit sourire satisfait. Elle veut choisir ses vêtements et tant pis pour les accords de couleurs ou l'harmonie des motifs. Il faut dire qu'elle est très 2014: elle adore le mix and match, peut-être une future modeuse qui sait?! La jolie petite jupe brodée avec la veste de jogging: rien ne l'arrête.

Elle ne tourne pas autour du pot, elle est sans détour et tout est "cash" avec elle. Elle est contente, tu le sais! Elle ne l'est pas, elle le manifeste bruyamment! Pas d'entourloupe avec elle. Et tant mieux! C'est une râleuse, son frère est le boudeur. Chacun son domaine. C'est une casse-cou, une téméraire. Elle n'a peur de rien, et surtout pas de l'océan atlantique et de ses vagues déchaînées. J'ai souvenir d'une visite à l'Océan, moi à courir dans l'eau, le jean retroussé mais trempée jusqu'aux os, à essayer de rattraper ce petit bout de chou qui se jetait dans l'eau avec toute l'insouciance qui la caractérise. Fort heureusement, son frère était timidement resté sur le bord à observer notre drôle de manège. Une seule chose peut réellement effrayer cette forte tête: une araignée... Je l'ai vue ramper à la vue d'une minuscule araignée, comme un militaire sur son parcours du combattant. C'est sûr: elle sait ce qu'elle veut. Pendant les 13 mois durant lesquels je l'ai allaitée elle n'a voulu ni lait reconstitué, ni lait de vache, ni même mon lait dans un biberon, une tasse à bec ou une cuillère.

Elle manifeste sa joie avec autant de zèle que son mécontentement, c'est dire... C'est un soleil, son rire est une si douce chanson à nos oreilles. Elle est enthousiaste, drôle, solaire! Elle distribue de l'amour sans compter, des câlins, des bisous... Souvent, le soir, elle vient voir son papa et se blottit contre lui, doucement, tendrement. Elle traîne avec elle son doudou qui sent mauvais, tout mâchonné, qu'elle nous frotte avec délice contre le visage. Il nous est arrivé par deux fois de le perdre, et j'ai eu peine à imaginer la catastrophe qui aurait pu s'en suivre. La première fois, il a failli partir chez une autre famille, à cause d'une maman qui l'avait guetté, puis kidnappé et séquestré dans le panier de sa poussette. C'était sans compter ma détresse à l'idée d'une nuit sans sommeil mon opiniâtreté à retrouver la peluche préférée de ma fille. La deuxième fois, Doudou avait voulu se faire la malle sur le chemin de l'école. Dieu merci, cette fois, une personne bienveillante avait retrouvé le fugueur et l'avait accroché à une poignée de porte. Je ne vous raconte pas ma joie en le retrouvant après un deuxième passage sur les lieux de la disparition.

Elle est gourmande, coquine et un peu actrice à ses heures. C'est aussi une future artiste, toujours avec un crayon ou un feutre, à gribouiller sur tout ce qui lui tombe sous la main, peu importe que ce soit une feuille de papier ou un canapé. Nous on craque pour sa petite bouille d'amour, ses jolis yeux bruns, ses cheveux dorés et ses petites joues rebondies. J'aimerais qu'elle conserve cet appétit de vivre, ce caractère vif et déterminé, et en même temps ce côté câlin et tendre. Si l'on m'avait dit que lorsque le second enfant naît c'est votre coeur qui s'agrandit et non celui-ci qui se partage en deux...

Oli