travail

Il y a 4 ans maintenant que je suis à la maison avec mes loulous, un peu forcée par des circonstances indépendantes de ma volonté. Des problèmes de garde pour mon aîné m'ont contrainte à abandonner un emploi, de toutes façons précaire, et à rester à la maison pour une durée indéterminée. Entre-temps, en septembre 2011, est née ma petite puce, ma starlette à moi.

La vie d'une maman au foyer n'est pas de tout repos, loin de là. Et je n'ai que deux enfants ! Je pense souvent aux mamans qui doivent gérer 3 enfants, voir 4 enfants ou plus. Les 4 allers-retours quotidiens ne nous laissent à peine le temps de démarrer une tâche qu'il faut tout abandonner et habiller sa progéniture pour prendre le chemin de l'école. Le panier de linge sale semble se remplir aussi vite qu'il ne se vide. Forcément c'est la même histoire pour le panier de linge à repasser. Et quand bien même j'ai le joli nez de Samantha dans Ma sorcière bien-aimée, j'ai beau essayer de le remuer, rien ne se passe. Ménage, lessive, repassage, vaisselle... Bref... Je sais bien que le panier de linge sale de la maman qui travaille se remplit aussi vite que le mien. Mais pour avoir connu les deux situations (travail avec enfant(s) et chômage avec enfant(s) ), j'avais plus de temps pour moi, rien que pour moi, quand je bossais. Ne me jetez pas de cailloux tout de suite. Je parle de mon expérience personnelle. J'avais du temps pour moi quand je bossais, je faisais les magasins à ma pause-déjeûner, je flânais dans les rayons du Virgin Megastore à la recherche d'un nouveau livre à mettre dans ma « pile à lire », je mangeais un sandwich avec les copines dans un joli parc parisien...

Alors oui aujourd'hui je peux bien faire un tour à mon petit Camaïeu en bas de chez moi mais qui a envie de faire du shopping avec une mini-godzilla qui crie dans sa poussette ?! Oui je peux aussi aller au parc mais je passerai mon temps à courir après ma numéro 2 pour ne pas qu'elle se noie dans le plan d'eau ou à faire attention à mon numéro 1 afin qu'il ne tombe pas d'un des nombreux engins de l'aire de jeux (d'ailleurs n'allez pas me faire croire que les personnes qui conçoivent ces jeux sont des parents ou ont approché un jour de près ou de loin un môme entre 2 et 8 ans!)...

Je n'ai plus envie d'être juste une maman d'élève, j'ai envie d'être reconnue pour autre chose que ma super mousse au chocolat ou mes cake-pops rigolos, envie d'avoir de vraies conversations avec des adultes... Et oui je sais déjà qu'être une maman qui travaille demande un minimum d'organisation, que ça implique de passer moins de temps avec ses petits bouchons qui nous exaspèrent quand on est à temps plein avec eux mais qui nous manquent tant dès qu'ils sont loin, qu'une maman qui travaille à tendance à culpabiliser pour tout et rien (mais n'est-ce pas aussi le cas de la maman « au foyer », je sais tout ça mais je prend le package, le bon et le mauvais, si seulement un recruteur pouvait me donner ma chance...Mais ça c'est une autre histoire...